Boris Nicaise
Accueil du site > Littérature > Marches
  • Poésie

Marches

L’Arbre à Paroles, Amay 2004, 43 pages, épuisé

"Marches est une longue méditation sur des paysages, simples et solitaires, que l’auteur ne désigne pas, mais où je reconnais, grâce aux photographies qui accompagnent le texte dense, le haut-plateau des Fagnes. Après tant de voyages autour du monde, l’auteur revient à ses sources, et je m’y sens fort à l’aise."
Paul van Melle (revue Inédit).

Extraits de Marches
Il faut ménager le rêve : depuis la nuit des temps, il est en voie d’extinction.
(...)Il te faut revenir aux hommes. Dans la marche, n’importent temps ni espace : juste la marche fait la marche juste, où l’homme, oui l’homme seul, peut donner un sens.

"Polysémie d’un mot sans complément et sans déterminant. Marches, cela peut être une forme du verbe marcher, comme cela peut désigner les parties d’un escalier, et il y a des deux, dans ce recueil à l’écriture originale.
Citons deux phrases : L’empreinte de l’homme sourd d’une harmonie créée par lui.
Ne vivre que nos choix supposerait l’immobilité, passé le choix."
Critique de la revue "Pollen d’Azur".

© Boris Nicaise 2017 | Site réalisé par Serotonine via SPIP | Plan du site